isolemt1

Le Patron doit-il être un galérien solitaire ?

Voilà le piège facile qui guette l’homo erectus patronus. Dans cette posture, deux options s’offrent à lui. Soit un détachement faussement décontracté, dans ce cas, on dit qu’il a « du recul… ». La position est d’apparence rassurante, pour lui-même et son entourage. Le risque est un emprisonnement progressif coupé des réalités. A terme, son bureau est son refuge et sa secrétaire une sentinelle dévouée. Soit, il est intrépide et déterminé à remonter le courant seul contre vents et marée jusqu’à… l’épuisement. On dit alors qu’il va faire un « burn-out ». Dans les deux cas, Homo Patronus peut souffrir d’isolement. Dans le doute parfois, il cherche des alter ego avec lesquels, un petit déjeuner ou un déjeuner de temps à autre permet de croire que tout cela est… normal.

La situation du dirigeant et ses paradoxes (V.Lenhardt)

Le Dirigeant risque de se laisser enfermer dans plusieurs paradoxes. Plus il est en difficulté, moins il peut le montrer ; plus il a grandi, plus il se croit obligé de continuer à se débrouiller seul ; plus il est dans une situation de responsabilités, plus il est fantasmé par les autres et par lui-même : descendre de son socle devient difficile et même lorsqu’il le souhaite sincèrement, les autres ne supportent pas toujours qu’il doute etc … et c’est donc le paradoxe de la solitude qui l’enferme : plus il est seul et a besoin d’aide et moins il peut, paradoxalement, parfois en demander. Ainsi, la question de l’aide à laquelle il a besoin d’avoir recours et celle de son développement deviennent primordiales.

Le Décideur est au coeur du système mais il n’est pas le système. Est-il possible de rompre avec l’isolement du chef d’entreprise ? 

Contactperformances@asset-performances.com

Mob: 06 20 50 15 24